Watèa by Michelin tente le séminaire bas carbone
Icon
Environnement 14 juin 2024

Vie d’entreprise : on a tenté le séminaire bas carbone, on vous raconte tout

Chez Watèa by Michelin, on essaye d’aller au bout de nos idées. Alors même lorsque on organise un séminaire, on le tente différemment. C’est ce que l’on va vous raconter dans cet article. L’idée était de rassembler nos équipes pour des séances de travail, et de partager un temps ensemble. Car oui, c’est important de se réunir. Mais ce séminaire, c’était aussi l’occasion de mettre à l’épreuve nos valeurs, notre raison d’être. On a donc décidé de créer un événement bas carbone. On a tout compté et on vous raconte tout.

Un séminaire bas carbone, pourquoi ?

Dès sa création, la politique RSE de Watèa by Michelin est au centre des préoccupations. Pour nos clients bien sûr, mais aussi en interne. Nous avons noué des partenariats avec plusieurs organismes, afin d’apporter notre petite pierre à l’édifice. Pour cela, il a fallu s’adapter, se remettre en question. Et ce travail n’est jamais terminé.

Séminaire bas carbone Watèa by Michelin

Et puis, on a décidé d’organiser un séminaire. Facile ? Oui, sur le papier : on appelle un hôtel, on réserve, on organise des transferts par bus, on va au restaurant, on travaille et on se détend. Mais on a pensé le faire différemment ce séminaire. On a choisi de tenter de le faire en accord avec nos valeurs, et de consommer le moins de carbone possible. Et on avait besoin de preuves. Alors, on a décidé de compter la totalité des dépenses énergétiques engagées : transport, restauration, électricité, hébergement.

Voici notre méthode pour organiser un séminaire bas carbone : avec Carbone 4, on va tout mesurer. L’ensemble de nos dépenses énergétiques. Et nos choix seront guidés par cette métrique.

La concrétisation : présentation du dispositif

L’ambition affichée, il faut la concrétiser. Organiser un séminaire bas carbone impose des contraintes auxquelles on ne pense pas forcément. L’électricité par exemple. Si on souhaite aller au bout de ce projet, il est nécessaire d’en consommer le moins possible. Voire pas du tout. On le tente ?

Le lieu : central

On a donc décidé de se faire accompagner. La société Carbone 4 nous aide à mieux comprendre notre impact carbone et à appréhender les actions de décarbonation pour s’adapter au changement climatique.

Lamotte-Beuvron

Nos équipes sont réparties sur plusieurs sites. On s’est dit qu’on allait trouver un lieu central, accessible pour tout le monde. Notre choix s’est porté sur Lamotte-Beuvron, dans le Loiret. Il permet ainsi aux équipes d’envisager facilement le déplacement en véhicule électrique.

Hébergement : nature, tipi

On a décidé d’organiser ce séminaire aux beaux jours pour une raison simple : on ne va pas utiliser de chauffage, et quasiment pas d’électricité. On a choisi un hébergement léger, le tipi. Douches à chauffage solaire et toilettes sèches complètent cette hospitalité.

Restauration : vive le local

Avec l’ensemble des équipes au même endroit, la restauration prend une toute autre allure. On a décidé de sourcer en local nos besoins en restauration. Cela nécessite donc anticipation et adaptation.

Séances de travail : à l’air libre

Un chapiteau en toile a été monté pour l’occasion. Il a permis d’accueillir les séances de travail. Les supports : du papier, et des stylos. Lorsqu’on n’a pas d’électricité sur place, on ne se sert pas d’ordinateurs et encore moins de vidéoprojecteurs.

Ce qu’on a consommé lors de ce séminaire bas carbone : on le compense

Le zéro carbone n’existe pas. Et on ne prétend pas l’atteindre. En revanche, on a travaillé à réduire fortement nos émissions en déployant les dispositifs ci-dessus. Pour les rejets de carbone qu’on a émis, on a choisi de compenser. Ce n’est pas la solution parfaite, on en est conscients. Mais ça a le mérite d’être concret. Comment compenser ? En plantant des arbres. Oui, mais en les plantant à la bonne période, après avoir suivi les conseils de personnes dont c’est le métier.

Le transport : véhicule électrique

Pour rassembler les équipes, on a choisi le véhicule électrique. On est conscients que ce n’est pas du zéro émission. Mais par rapport à nos contraintes, c’est le moyen de transport qui nous est apparu le plus efficient.

Le bilan d’un séminaire bas carbone

Sur le papier, c’est tout à fait faisable. Dans les faits, on a rencontré quelques imprévus. Pour que cette expérience soit utile à celles et ceux qui souhaitent tenter le séminaire bas carbone, voici nos conclusions :

Un confort… variable

Le confort dans ce séminaire bas carbone, c’est peut-être ce qui a été le plus… variable. Aux beaux jours, nous attendions du soleil pour chauffer l’eau des douches. Il n’en a rien été, c’est donc de l’eau froide qui sortait. Et avec une pluie battante toute la première journée, les équipes n’étaient pas déçues… on s’en souviendra.

Des repas locaux

Un autre enseignement est de sourcer la production locale. Nous avons fait appel à des prestataires de la région avec un cahier des charges strict : se nourrir local, apprendre à utiliser ce que la nature nous offre à cette saison. Objectifs : que l’intendance ait le moins de kilomètres à parcourir, et favoriser l’économie locale.

Compenser, c’est avant tout s’adapter

Les dépenses engagées en rejets de carbone ont fait l’objet d’une compensation. Nous avons décidé de planter des arbres. Cela ne « lave » pas les dépenses, mais permet de séquestrer le carbone, et surtout c’est du long terme. On a choisi de planter ces arbres conformément au rythme des saisons. C’est-à-dire plutôt à l’automne ou en hiver.

Au total, avec Carbone 4

Grâce à la méthodologie mise en place avec Carbone 4 en amont de l’organisation de ce séminaire, nous avons pu orienter nos actions et nos choix. Ainsi, en calculant l’impact carbone de chaque poste d’organisation, nous avons pu établir un bilan précis et chiffré.

Au total, l’ensemble des postes de ce séminaire a consommé 880,297 kg de CO2. Des batteries de la caméra, au camion qui a livré le chapiteau, en passant par les prestations du traiteur, le transport des équipes jusqu’au lieu du séminaire, tout a été pris en compte.

Si certaines dépenses carbone ne sont pas compressibles, quelques leviers issus de choix en amont ont permis de réduire les émissions :

  • Choisir le véhicule électrique plutôt que l’avion ou le véhicule thermique
  • Faire appel à des producteurs locaux
  • Choisir des logements éphémères plutôt que des infrastructures en dur
  • Réduire au maximum les dépenses d’électricité

Bilan : on apprend, ensemble

Vivre la transition énergétique, c’est aussi tenter d’être plus résilients. Accepter de faire différemment, tenter de faire mieux avec moins, adapter nos actions au temps. Ce chemin est laborieux, délicat, c’est de l’apprentissage. Ce séminaire en est un témoignage. On y a mis beaucoup d’énergie (humaine), on a encore des progrès à faire.

Chez Watèa by Michelin, on cherche, on trouve, on mesure les résultats, et puis parfois on tente autre chose. On apprend de ces essais. Et c’est ainsi qu’on grandit. En interne, avec cette équipe motivée, exigeante et pleine d’idéaux ; et pour vous clients, partenaires. La route est encore longue, mais notre détermination est forte. On vous embarque ?

Background image

Prêt pour la mobilité verte ? Watèa vous accompagne.

Découvrez nos solutions adaptées à votre entreprise, permettant une continuité de votre activité, l’amélioration de votre productivité et la rentabilisation de votre investissement. À chaque étape, nous vous accompagnons dans la transition énergétique de votre flotte.

Prenons rendez-vous. Nous verrons ensemble comment appliquer les nouvelles réglementations sans impacter vos finances

Contact
Image right

Découvrir plus d’actualité et de publications similaires

Image for Nouveau webinaire : comment la mobilité peut impacter positivement la RSE de votre entreprise ?
  • Environnement
  • 15 mai 2024

Nouveau webinaire : comment la mobilité peut impacter positivement la RSE de votre entreprise ?

Rendez-vous pour ce nouveau webinaire Watèa dédié à la mobilité professionnelle : comment les flottes de véhicules…

Lire la suite
Image for [ ↪️ REPLAY ] « L’hydrogène, une solution pour la mobilité des professionnels ? »
  • Environnement
  • 10 avril 2024

[ ↪️ REPLAY ] « L’hydrogène, une solution pour la mobilité des professionnels ? »

Webinaire hydrogène : une solution pour la mobilité des professionnels et pour une politique RSE ambitieuse ?…

Lire la suite
Image for RSE et mobilité : quelques données chiffrées pour bien appréhender le sujet
  • Environnement
  • 29 mars 2024

RSE et mobilité : quelques données chiffrées pour bien appréhender le sujet

La mobilité d’entreprise et la RSE en quelques données La RSE s’intéresse de près aux questions de…

Lire la suite